Extérieur/Intérieur

Le végétal sous mon oeil, Sociologique, Artistique et Photographique,  en fixant dans le temps, cette  expérience avec la photographie, de plus j’ai poussé  l’expérience, avec des temps différents, le végétal dans une dimension qui est rarement visible, ses phases de froissage  et /ou de sécheresse et de décomposition  à partir d’un végétal bio et local. Ce qui permet d’évoquer la dimension sociologique de cette expérience.

14064290_1143119122414661_7184828451821724972_n
Poivron de 5 semaines

Des décompositions étonnantes, avec les légumes d’été,  c’est une  expérimentation libre et artistique.

L’expérience  Décomposition

14141488_1143119125747994_2898050159268954254_n
Poires de 1 année

Je souhaite observer le végétal dans sa décomposition,  sa capacité dans le temps  d’un vrai produit de qualité produit sans pesticides, sans intrants chimiques, et cueillit à maturité, comment il se décompose.  J’y ai rajouté des temps plus ou moins long, pour observer davantage.

L’expérience porte sur la capacité d’un fruit ou d’un légume de qualité issu d’un producteur,  avec une cueillette qui s’est faite la veille ou l’avant veille, ou de mes cueillettes urbaines. et l’aspect artistique sur la beauté et l’esthétisme.

14344117_1158274937565746_3198149326617265730_n
Tomates Ananas  6 semaines

L’esthétisme n’est pas toujours avec nos  » canons »  de beautés parfaites,  le végétal  est souvent apprécié beau, rond, sans taches,  sans traces de la Terre  dans laquelle  il pousse,  les gens veulent bien du naturel mais sans traces, cela me fait donc transposer cela à l’humain, dans la dimension où l’enveloppe est plus importante que l’intérieur, à première vue,  le consommateur, aime que les fruits, légumes  soient beaux, avec sa dimension esthétique qu’ils soient sans défauts, sans traces, sans témoins de cette nature dans laquelle le végétal pousse.

Cela  montre une transposition vers le genre humain  qui réagit souvent en négatif face à la différence et face au froissage de la peau à la maturité et à la vieillesse, alors que notre moi intérieur ne vieillit pas, que nous ayons la peau ridée, cela change quoi? dans notre être intérieur, je dirais même qu’ en maturant nous gagnons à rencontrer ce qui est invisible à l’oeil nu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s